Toute la presse 2013

Juan Leal invité par l'école taurine d'Arles

Paul hermé

Rencontre à Arles avec Juan Leal et Maurice Behro…

 

 A l’initiative de l’Ecole Taurine d’Arles, Juan Leal était reçu ce samedi pour son retour dans sa ville, afin d’y passer les fêtes en famille. Et Dieu sait si à Arles, et plus particulièrement dans le milieu taurin, les Leal tiennent une place importante, à commencer par Paquito, cheville ouvrière de cette école. Juan était venu avec Maurice Berho, son apoderado, la soirée étant animée par Joël Jacobi, directeur du programme «  Signes du Toro ».

Pour lire la conférence cliuez ICI

 

Juan Leal "La forge d'un Torero"

Sud Ouest:

Samedi soir, en présence du maire et d’un public nombreux après avoir franchi plusieurs barrages de police, Pascal Vilaton pour la peña Toro blanco et Bernard Langlade pour la commission taurine ont remercié « les peñas qui assurent toujours la réussite de la Fiesta campera, tous ceux qui nous ont soutenus et particulièrement Joël Goyheneix pour son abnégation. Nous espérons bien nous retrouver encore ici en 2014. »

Un documentaire d’une vingtaine de minutes a ensuite éclairé les spectateurs sur le vécu de Juan Leal, né en région parisienne puis habitant en Arles et à Séville aux côtés de son apoderado Maurice Berho. Le jeune torero « est en devenir. Il fera partie des grands car il en possède les caractéristiques absolues », expliquait ce dernier, disant aussi son admiration pour Paco Ojeda.

 

L’approche de la peur était au programme. « Elle est l’essence réelle. Il faut avoir envie d’avoir peur. Sans peur, pas d’émotion et sans émotion, pas de tauromachie. Nous ne devons pas avoir honte de notre culture et de notre passion. »Un art

 

À son tour Juan Leal, issu de l’école taurine d’El Juli, a rappelé son alternative brillante à Nîmes : trois oreilles et un mano a mano avec Sébastien Castilla. « Ceci n’était pas un but mais seulement une étape pour un départ dans la cour des grands. Mais pour arriver encore plus haut, je respecterai toujours les règles, les vraies et pas celles qui figuraient dans certains contrats signés à l’issue de l’alternative. »

 

Ont suivi les questions du public notamment sur l’avenir de la corrida en France, « dernier bastion pour la protéger. La tauromachie, c’est un art ! Un toro dominé dans les trois premières passes, c’est tout sauf facile. » À tour de rôle, Juan Leal et Maurice Berho ont séduit l’auditoire. « Il faut laisser du temps au temps pourvu qu’il garde ce naturel et cette sincérité qu’il a aujourd’hui, disait ce dernier. Avec ce jeune, c’est du pain béni. Nous avons mis une stratégie en place sur fond de profond respect et d’amitié. » Et, face à la jalousie, Juan Leal concluait : « Si mes petits ennemis deviennent des grands, ça voudra dire que pour moi ça marche. »

 

Un hommage à sa maman a précédé le scoop promis en entrée en matière. Qu’en sera-t-il en 2014 ? L’apoderado a répondu : « Ce serait bien d’applaudir de jeunes Français dans toutes les arènes de l’Hexagone. Juan est un petit qu’il faut aider, tout comme Clemente et d’autres ». Or, le « petit » précité a déjà prévu d’aider les plus jeunes. « Le 8 mars 2014 à Samadet, Juan ne va pas toréer. Il a décidé d’organiser un concours de jeunes aspirants qui évolueront chacun devant un becerro. En sortiront quatre finalistes à suivre. Ainsi, malgré son jeune âge, déjà, il éprouve cette envie d’aider les autres. Alors, oui, le titre du documentaire, “La Fragua” (la forge, texte de Paco Ojeda) lui convient à merveille tant il veut sans cesse remettre sur le tas… »

Janette Lamarque

Juan Leal coupe une queue à Rion des Landes

Photo Caritey

Corridafrance:

Une très belle mise en suerte au tercio de varas servie par Juan Leal. Un petit puyazo, palo vite levé par Gabin. Le pupille de Jalabert  n'a pas trop de force. Juan nous livre un quite superbe, de bonnes poses de banderilles pleines d'entrain. L'ambiance monte vite dans les gradins ! Très inspiré à la muleta, il se fait accrocher, sans gravité, par excès de confiance. Très sûr de lui, d'une fixité absolue dans ses appuis, Juan ne doute pas et nous fera profiter de toutes les qualités de son adversaire, transmettant tout son plaisir de toréer. Une belle épée, Trophées maximum, vuelta au toro.

 

Pour lire l'article complet cliquez ICI 

Juan Leal récompensé par l'école taurine d'Arles

Le 09 novembre, lors de la soirée de Gala des 25 ans de l'école taurine d'Arles. Juan a reçu un prix pour être le dixième et dernier élève de l'école taurine d'Arles à avoir pris l'alternative. Tout au long de la soirée, des prixs ont été remis aux différentes personnalités ayant contribué au développement de l'école taurine comme Paquito Leal le fondateur de l'école taurine d'Arles. 

Juan Leal concluera sa temporada européenne á Rion des Landes

Le 23 novembre à 18h, lors d'une conférence intitulée "Juan Leal, la forge d'un torero", Juan Leal retracera en compagnie de Maurice Berho sa trajectoire depuis qu'un jour il a decidé de devenir torero.

Le lendemain, Juan Leal sera au cartel de la traditionnelle fiesta campera de Rion des Landes. Le cartel est le suivant:

  5 novillos de Jalabert pour:

  Juan Bautista

  Cesar Jimenez

  Juan Leal

                                                                           Francisco Jose espada                                                                                                      Clemente

Juan Leal intensifie sa préparation aux Azores

Juan Leal et son apoderado Maurice Berho accompagnés du maestro Tomás Campuzano et Manuel Dias Gomes se sont envolés vers les îles des Azores. Ainsi entre le jeudi 17 et le lundi 21 octobre, il va pouvoir tienter durant ces cinq jours. Vous serez informé prochainement de la suite de son voyage aux Azores.

Juan Leal parle clairement

MUNDOTORO

 

"Ça me fait mal de dire non a une arène parce qu'ils te proposent la moitié d'argent que le minimum syndical et de constater que deux jours plus tard, lorsqu'ils présentent les cartels il y a des compagnons qui y vont dans ces conditions". Juan Leal dénonce lui aussi clairement la situation existante dans certaines arènes. A la suite des déclarations faites par Israël Lancho, le français, sans citer de nom, expliqua aux microphones de l'émission "El Toreo" comment après avoir obtenu des promesses pour des corridas de toros en Espagne, les négociations ne sont pas arrivées a bon port pour des raisons économiques.

"Nous avions obtenues certaines promesses pour des corridas en Espagne, affirme Leal, mais au final, pour des raisons économiques mon apoderado Maurice et moi avons décidé de ne pas y aller. Nous avons toujours essayé de tenir une ligne de professionnalisme et cela fait mal de dire non a une arène parce qu'ils te proposent la moitié du minimum syndical et de constater deux jours plus tard que des compagnons y vont dans ces conditions. C'est pour cela que je me sens fier de la France car la bas cela ne se produit pas".
D'autre part, Juan Leal est conscient que de rester fidèle à ses idéaux et sans corrompre la profession, petit à petit il se fraiera un chemin grâce à ses propres mérites: "si je toréais dans ces conditions ce serait du pain pour aujourd'hui et la famine pour demain, la vérité du toreo se situe devant la tête du toro et à celui qui le mérite,  les empresas ouvrent leurs portes et ce n'est pas la peine d'en arriver a ces limites. Moi ce que je souhaite avant tout c'est respecter la profession et y aller de pleins droits. Il n'y a que peu de personnes qui le disent pourtant il faut le dénoncer clairement, bien que je ne sois personne pour donner des noms ou des arènes, mais les professionnels eux ci savent de ceux dont je parle". 

Juan Leal gagne le prix du triomphateur de la corrida á San Miguel el Alto

Mundotoro: 

San Miguel El Alto (Jalisco) C'est dans une ambiance exceptionnelle que s'est déroulée la deuxième corrida de la Feria de San Miguel El Alto, dans la province de Jalisco, au cours de laquelle s'est présenté le jeune torero français Juan Leal. Les arènes se remplirent et on afficha le "No Hay billetes" durant une après-midi ensoleillée et forte en couleurs, ce qui est la spécificité de ces arènes mexicaine.

 

Juan Leal, qui se présentait, fit chavirer le public de suite. Dès le début il misa tout et fut renversé de façon spectaculaire lors d'un quite. Il se releva sans se regarder et rendit le public hilare. Son adversaire de Medina Ibarra eu de bonnes intentions et il pût faire étalage de toute la qualité de son toreo. Même si le toro s'arrêta assez rapidement lors de la faena, Juan mît une nouvelle fois le public debout en ne bougeant pas entre les cornes sur le terrain du toro. Le toro glissa au moment de l'estocade et de ce fait l'épée fut tombante. Lors de la seconde tentative elle fut foudroyante, le public demanda avec beaucoup d'insistance les deux oreilles tandis que le président ne lui en octroya qu'une.


Son second, le toro le plus fort de l'après-midi, ne s'est jamais totalement livré dans la muleta de Juan Leal, ce qui n'empêcha pas malgré tout au torero français une nouvelle fois de mettre le feu sur les gradins. Faena très engagée et de beaucoup de courage, dont le point culminant fut une grande estocade. Le fait que le président ne concéda pas l'oreille mît le public en colère car le trophée était plus que mérité.  Le jeune torero français fut déclaré triomphateur et repartit de San Miguel El Alto avec d'autres corridas signées.

Arènes de San Miguel el Alto, Jalisco. Deuxième corrida de la feria. Plein de No hay Billetes. Six toros de Medina Ibarra bien présentés et de bon jeux dans l'ensemble. Se firent remarqués les premier, deuxième  et troisième. Arturo Macías, oreille et applaudissements; Octavio García El Payo, oreille et ovation et Juan Leal, oreille et tour de piste avec pétition.

Incidents: A la fin de la course, les directeurs de la "Peña Taurina La Petatera" accompagnés de l'empresario Pablo Moreno remirent  un prix au matador Juan Leal.

Juan Leal s'envole pour faire ses débuts en terres aztèques

MUNDOTORO

 

Madrid (Espagne). Le torero français  Juan Leal a embarqué aujourd'hui dans un vol a destination des terres aztèques, où il affrontera samedi son premier rendez vous de l'autre côté de l'océan. Il s'agit d'une corrida de toros qui se célèbrera à San Miguel El Alto, dans laquelle il alternera avec El Cejas et El Payo et seront confrontés à un encierro de Medina Ibarra.

Juan Leal début de luxe au Mexique

Mundotoro:

Le matador de toro Juan Leal débutera au Mexique. C’est le 28 septembre prochain, que le torero français se présentera au mexique lors de la feria de San Miguel el Alto accompagné de Arturo Macías y Octavio García El Payo.  La corrida sera de Medina Ibarra

 

- Dimanche 22  septembre: Jerónimo, Fabián Barba y Antonio García El Chihuahua (El Vergel)

- Samedi 28: Arturo Macías, el francés Juan Leal y Octavio García El Payo (Medina Ibarra)

- Dimanche 29: Mano a mano. Fernando Ochoa, quien se despide de esa afición, Pedro Gutiérrez El Capea (Santa Rosa de Lima)

Juan Leal, une oreille à Nimes

LA VARIÉTÉ DU PRÉSENT.  (Mundotoro)
Nîmes (France). Rien n'est blanc ou noir. Et encore moins le "présent" du toreo. La corrida organisée à Nîmes au bénéfice de l'Union des Toreros a permis de voir la variété de nuances et de registres qui vivent, cohabitent et rivalisent  à notre époque. Quatre figuras del toreo comme El Juli, José María Manzanares, Miguel Ángel Perera et Alejandro Talavante montrèrent, chacun avec sa propre personnalité et en fonction de ce que lui permit le toro, qu'il n'y a pas une unique bonne manière de toréer. A leurs côtés , un jeune torero qui monte,  Jiménez Fortes, et un autre qui a reçu récemment l'alternative, Juan Leal, qui vinrent avec la faim correspondante à ceux qui veulent accéder aux premiers rôles. 
El Juli, après una faena de pouvoir face a un bon toro de Daniel Ruiz, coupa une oreille. Autant en firent Jiménez Fortes et Juan Leal, tout en se livrant, face à un toro de El Pilar et un autre de El Tajo. Miguel Ángel Perera a signé  une grande faena  face au troisième, de Jandilla, mais n'a pas pu couper les deux oreilles car le toro tarda à tomber ainsi que l'échec avec le descabello refroidirent l'ambiance. José María Manzanares et Alejandro Talavante n'eurent pas de chance avec des toros de Juan Pedro Domecq et de Zalduendo.
SIXIÈME TORO
Le sixième était un toro de El Tajo qui se déplaça très peu et donna tout le temps des coups de tête. Juan Leal, qui n' était pas disposé à laisser passer l'opportunité, se plaça sans bouger dans le berceau des cornes démontrant ainsi tout son courage, se faisant ainsi caresser le costume par la pointe des cornes en restant impassible.  Il laissa passer l'orage, après avoir ouvert les débats avec des passes changées dans le dos. Il eu le détail d'offrir sa labeur a ses compagnons de cartel. Après l'estocade d'effet rapide, il coupa une oreille. 

Corrida du 13 septembre à Nîmes: un toro de Joselito pour Juan Leal

Signe du toro:

Fuente Ymbro pour commencer la saison, Joselito pour la conclure : Juan, l’année de son alternative, annonce clairement la couleur. C’est en combattant des toros de respect qu’il pourra atteindre son but.

Pour la corrida du 13 septembre à Nîmes, Juan Leal a délibérément choisi d’affronter un toro de la ganadería « El Tajo » (propriété de l'ancien torero Joselito).
Ce toro, n° 45, 520 kilos, je l'ai choisi avec la responsabilité d’un jeune professionnel qui veut simplement revendiquer son envie d’être torero et qui assume la réalité du moment que traverse la corrida, explique Juan Leal.
L’élevage de Joselito ne fait pas partie du circuit traditionnel des corridas prisées par les “figuras”. À tort ou à raison, certains aficionados considèrent que les vedettes des arènes se facilitent la vie en refusant les toros durs, qui sont le lot des humbles.
Le point milieu, le toro de l’équilibre, c’est ce que semble rechercher le Maestro Joselito: un toro brave ayant de la clase, ajoute Juan Leal.
À Bayonne, le 1er septembre dernier, les toros de ce fer ont mis les toreros à l’épreuve et ont obligé Miguel Ángel Perera à  puiser dans ses ressources et à déployer toute sa technique pour, au final, bâtir une faena de haute tension.
Rappelons qu’en début d’année, Juan Leal avait affronté, seul, six Fuente Ymbro à Samadet. Fuente Ymbro pour commencer la saison, Joselito pour la conclure : Juan, l’année de son alternative, annonce clairement la couleur. C’est en combattant des toros de respect qu’il pourra atteindre son but. 

Jöel Jacobi.

Juan Leal va toréer lors de la feria des vendanges de Nîmes

Ce midi, Simon Casas a présenté les carteles de la Feria des Vendanges de Nimes. Entre les carteles de cette feria on retrouve un cartel composé de six matadors de toros en bénéfice de l'Union de Toreros. Elle aura lieu le vendredi 13 septembre et sera composée par El Juli, José María Manzanares, Miguel Ángel Perera, Alejandro Talavante, Jiménez Fortes et Juan Leal.

Plus d'informations sur cette feria sur: MUNDOTORO

Juan Leal superieur aux taureaux de Darre

MUNDOTORO
Mimizan (Francia). Juan Leal reparti sans trophée après avoir réalisé deux faenas importantes au cours desquelles il démontra une nouvelle fois tout son courage. Leal subit aussi une voltereta heureusement sans conséquences  face au sixième de l'après midi réalisant une faena de race. Le lot Camino de Santiago combattu fut compliqué en lignes générales et les seuls potables furent les premier et second. 

Juan Leal coupe 4 oreilles à Villeneuve de Marsan

MUNDOTORO

 

Villenueve-de-Marsan (France). Le torero français Juan Leal est sorti en triomphe après avoir coupé quatre oreilles et fut l'auteur d'une importante prestation. Juan Leal a convaincu pleinement le public pour sa présentation dans le sud ouest.

 

Article: APLAUSOS 

Juan Leal coupe l'unique oreille de l'après midi à Mauguio

Mauguio (Francia). Juan Leal a coupé une oreille au troisième de l'après midi dans les arènes de Mauguio, où ont été combattu trois toros de Luc Jalabert, avant qu'un violent orage rende la piste impraticable et oblige à suspendre la course. Curro Diaz et Thomas Dufau qui complétaient le cartel écoutèrent le silence.

 

Juan Leal a coupé une oreille face au troisième, un toro qui s'arrêta vite lors du dernier tiers mais face auquel le français réussit une intense labeur: après l'émouvant début par passes changées dans le dos au centre de la piste, il le toréa par naturelles. Une fois le toro encore plus arrêté et sous une intense pluie il lui servit des passes circulaires. En dépit du pinchazo précédent l'estocade il coupa une oreille. Une fois le tour de piste avec l'oreille effectué, la course fut suspendue la piste étant impraticable.

 

Article: APLAUSOS

 

Article: PRENSATAURINA

Le début d'une nouvelle étape...

Cela fait 11 jours que Juan Leal a pris l'alternative durant la feria de Pentecôte  à Nîmes, s'y proclamant triomphateur absolu, ayant coupé trois oreilles et ouvert la porte des Consuls.
Des mains de Sébastien Castella, il reçut l'alternative, lors d'une matinée tant attendue par lui-même. Une matinée au cours de laquelle seulement en écoutant l'opéra de Carmen pour le paseo, on pouvait noter les envies de triomphes non seulement des toreros mais aussi du public. Ce dernier réservant une grande ovation au nouveau matador, lui offrant toute sa chaleur et son affection ainsi que l'envie de voir un nouveau torero français. Bien entendu, le torero de Beziers reçut lui aussi une grande ovation. Toute la journée fut réglée comme sur des roulettes, autant que Juan en avait rêvé durant des mois.
J'ai entendu plusieurs fois Juan Leal dire "l'alternative n'est pas un objectif mais seulement un pas de plus dans ma carrière". Aussi bien qu'il le dit lui même, c'est une marche de plus de gravie sur le long escalier que représente le monde des toros. "Il y a beaucoup de toreros qui prennent l'alternative, mais quelques uns malheureusement ou pour des circonstances de la vie restent en chemin. Moi je ne veux pas cela, moi je veux réaliser mon rêve qui n'est rien d'autre que devenir quelqu'un d'important dans le monde des toros".
Juan Leal continue sa préparation quotidienne, de la même façon qu'il le faisait auparavant. Pour lui, comme il l'a si bien dit antérieurement, ce n'est pas un point final, il espère plutôt que ce soit le point de départ d'une nouvelle étape pleine de triomphes et de gloire. Ayant encore beaucoup de chemin à parcourir, Juan Leal garde la même illusion de toujours, avec une phrase bien gravée dans sa tête: "dans le toreo, les pas se font toujours de l'avant..."

Chat "Près de..." Mundotoro

1.  Félicitations pour ta récente alternative.  J'aimerais connaître ton opinion sur:

 - quelle aficion est, en général, plus exigeante avec les toreros, l'espagnole ou la française et quelles arènes françaises sont les plus exigeantes pour concéder les trophées?

- pourquoi en France l'on valorise plus la variété des encastes qu'en Espagne, étant le berceau du toreo ?

Merci et bonne chance. José (Valencia)

 

 

Juan Leal: Je ne crois pas qu'il y ait différentes aficiones que ce soit en France ou en Espagne, seulement que chaque arènes a un goût spécial, différent. D'autre part, il est certain que ce n'est pas aussi facile de couper un trophée dans une arènes de 1ère catégorie qu'en arènes de 2de, en revanche ce qui est certain c'est que le public français, dans la grande majorité des cas, est très juste au moment de concéder les trophées.

 De mon point de vue, en France comme en Espagne, il y'a un grand respect pour le toro. Dernièrement, il y a un courant un peu plus torista et maintenant l'aficion française tend à plus de diversité dans le choix des élevages à l'heure de confectionner les cartels. Ce n'est pas mal. Toutefois, si on s'arrête pour regarder les statistiques, la majorité des grandes faenas l'ont été face à peu de diversités d'encastes et seulement avec des animaux conformes au type zootechnique de leurs origines. Merci José.

 

(Pour pouvoir lire le chat en entier cliquez sur ce lien de Mundotoro)

Juan Leal, Porte des Consuls pour son alternative

(MUNDOTORO)

 

Nimes (France) Juan Leal a ouvert la Porte des Consuls de Nîmes lors de son alternative en tant que matador de toros. Prix absolu pour un torero qui demandait déjà le toro de quatre ans et qui a expliqué en cette matinée ensoleillée le pourquoi de toutes les espérances placées en lui. Il a combattu avec métier, fermeté et bon goût lorsqu'il le put, ses trois toros lui permettant ensemble de révéler toutes ses qualités. Deux oreilles a obtenu son parrain Sebastien Castella, à un bon niveau toute la matinée et à qui seule l'épée empêcha d'obtenir plus de trophées. Les toros combattus furent de trois élevages différents (Núñez del Cuvillo, Alcurrucén y Garcigrande) où s'imposa le sixième du fer de Garcigrande.


Le triomphe absolu arriva au bout du suspense grâce à une grande faena au sixième. Juan s'agenouilla au centre de la piste (après avoir laissé l'opportunité au sobresaliente Jeremy Banti de faire un quite) pour faire monter l'intensité dès la première minute en profitant de l'inertie du toro. Remis sur ses pieds, il se relâcha et toréa avec beaucoup de bon goût sur la corne droite. De compositions esthétiques et longs furent ses muletazos grâce à la bonne condition du toro de ce côté ci, étant un peu plus court du côté gauche. Pour cette raison Leal insista sur la droite arrivant à transmettre beaucoup d'émotions aux spectateurs. Sans bouger, avec les cornes du toro lui caressant le costume de lumière, il termina son œuvre. Il ne fut pas freiné, ni lui ni le public d'ailleurs, par le pinchazo précédent l'estocade et le descabello. Deux oreilles et Portes des Consuls.


Même s'il l'atteignit devant le sixième, il commença à l'ouvrir face au premier, le toro d'alternative, auquel il coupa une oreille. Après une émouvante cérémonie d'alternative, entre lui et son parrain Sebastien Castella, Leal se montra au dessus des conditions du toro de Cuvillo qui ouvrit la matinée. Il l'embarqua d'abord avec douceur afin de le mettre petit à petit dans sa muleta, les moments les plus émouvants de sa prestation arrivant avec la courte distance. Il finit entre les cornes du Cuvillo démontrant tout son courage. Il acheva son œuvre d'une épée entière qui tomba rapidement son premier toro. Pour son second tour, le quatrième toro de la corrida, Juan Leal salua sous l'ovation du public. Il toucha un exemplaire d'Alcurrucén qui exigea beaucoup de fermeté. Juan Leal la démontra et offrit une rude bataille planté entre les cornes du toro pour s'imposer aux charges complexes de son adversaire. Cependant l'épée n'entra pas au premier coup et il dût recourir au descabello, raison pour laquelle tout resta en ovation après un avis.


Colisée de Nîmes. 3/4 d'entrée. Matinée ensoleillée . Toros de Núñez del Cuvillo (1º et 2º),Alcurrucén (3º et 4º) et Garcigrande (5º et 6º) Sebastián Castella, ovation après deux avis, oreille et oreille après avis; Juan Leal, qui prenait l'alternative, oreille, ovation après avis et deux oreilles après avis. Les deux saluèrent sous l'ovation après le paséo. Salut aux banderilles de Javier Ambel au cinquième toro.

 

Reseña: APLAUSOS

Négation de la loi de gravité

Madrid (España). Leçon de fermeté de Juan Leal pour son jubilé en tant que novillero. Lors de la neuvième de San Isidro, et à deux jours de son alternative à Nîmes, le français s'est fait remarquer par son implication et son bien faire au cours d'une après midi durant laquelle Roberto Blanco a aussi plu au public. Le novillero de Valladolid a démontré des moments de bon toreo avec le troisième, le meilleur d'une course terne de Guadaira. Gomez Del Pilar à quant à lui laisser entrevoir son attitude face à son lot.

Le public fut exigeant avec Juan Leal lors de son ultime compromis avec Las Ventas comme novillero. Le jeune torero français répondit avec une faena de bien plus de mérite que de prix tangible au second. Il comprit le novillo et a su l'exprimer en dépit des difficultés qu'il démontrait. Labeur de torero prêt, demandant le toro adulte qui arrivera le dimanche à Nîmes. Roberto Blanco vit de près l'oreille en s'entendant bien sur la corne droite face à l'intéressant troisième. Même si la faena fut décroissante en intensité il laissa une bonne impression. Aucun des deux n'ayant aucune option face à son autre novillo. Gomez Del Pilar à pour sa part démontré son attitude. Par deux fois il attendit à genoux ses adversaires devant la porte du toril, et il démontra beaucoup de volonté lors de ses deux labeurs qui ne furent pas couronnées de succès. On retiendra le troisième Guadaira, bien fait et avec une bonne corne droite, et le quatrième qui fut mobile. Les autres n'offrant pas de possibilités de briller.

Juan Leal a seulement pu démontrer son courage

(MUNDOTORO)

 

Séville (Espagne). La novillada célébrée aujourd'hui à Séville aurait pu terminer autrement. Le lot présenté par l'élevage de Villamarta, de bonne présence duquel trois novillos (1º,3º,4º) se sont fait remarquer pour leurs bonnes conditions et qualités.Juan Leal a eu une attitude positive et un courage démesuré face au pire lot et dont l'effort n'a pas pu être récompensé, Alvaro Sanlucar s'est fait remarquer pour ses gestes et son esthétique. Quant a Fernando Adrian il n'a pas su profiter des bonnes conditions de son lot. L'après midi resta donc en ovations et silences alors qu'il aurait pu en être autrement.

 

Le novillero français Juan Leal a été au dessus de ses opposants. Le deuxième de Villamarta fut un toro présentant de mauvaises manières et aucune classe. Leal fut courageux dès le début, ne voulant rien garder à l'intérieur de lui même, le reçu au capote pieds joints et lui servit un quite par tafalleras varié et frais. Après avoir offert son combat au public, il commença son travail à la muleta par une passe changée par le dos. Il a ensuite dû se lancer dans une rude bataille qui ne lui a malheureusement pas permis de briller à aucun moment faute de matériel adéquat.

Le cinquième fut reçu par une portagayola (à genou devant la porte du toril) très risquée car le toro arriva avec une charge croisée et le renversa, heureusement sans conséquence, lorsqu'il se mis debout.
Une nouvelle fois le courage du novillero français fut dilapidé par un autre mauvais toro. Ainsi, après avoir offert la mort de son adversaire à son apoderado Maurice Berho, son second adversaire ne lui permit pas non plus de pouvoir briller.
Il mis tout en œuvre et tenta tout, à base de quiétude et de patience, mais le toro de répondit pas à cause d'une charge insipide et par manque de race. Il fut encore une fois miraculé lorsqu'en s'engageant avec sincérité pour la mise à mort le toro le bouscula.

Nous retiendrons donc de cet après midi tout son courage en donnant tout malheureusement sans récompense. Par contre nous regrettons le mauvais travail de sa cuadrilla durant le combat de ses adversaires.

 

Article: APLAUSOS

 

Article: BURLADERO


Juan Leal, alternative historique à Nîmes

MUNDOTORO:

"Castella a toujours été un exemple pour moi"

 

"Hier après midi vers 15h j'ai commencé à recevoir pas mal de SMS et twitts afin de me féliciter pour l'alternative. Bien que Simon Casas l'ait confirmé à Maurice il y'a quelques jours, j'ai été envahi par un sentiment étrange en moi lorsque je l'ai vu publié de forme prématuré dans les médias" commente à Mundotoro le novillero Juan Leal, la plus grande promesse du toreo français à peine deux mois avant de se convertir en matador de toros.

 

As tu la pression ? " Bien plus qu'un poids, c'est plutôt une sensation de libération

mélangée à d'énormes responsabilités qui me remplissent de joies. Je me sens comme un privilégié et convaincu. L'alternative que m'a confectionné Simon Casas va bien au delà de tout ce que j'ai pu imaginé. Le maestro Sebastien Castella a toujours été un exemple à suivre pour moi. Quand je suis allé à la fondation El Juli à seulement 14 ans, parceque j'avais compris que l'unique solution pour essayer de devenir torero était de partir en Espagne comme lui l'avait fait avant moi. Qu'il soit mon parrain, lors d'un mano à mano et de surcroît à Nimes c'est un grand luxe. Cependant c'est aussi le point de départ d'une nouvelle étape encore plus compliquée afin de parvenir à réaliser le rêve qui hante mes nuits: devenir figura del toreo", expliqué le français.

 

Quelles perspectives as tu ? "Les mois d'avril et mai vont être des mois clés pour ma carrière: le 14 avril ce sera Séville, suivi par 2 courses à Madrid respectivement les 5 et 17 mai et enfin l'alternative prévue pour le 19 mai" nous précise le torero arlésien qui ajoute: "vu ainsi on pourrait penser que la charge est lourde à assumer mais je vais les affronter comme si chaque course était l'unique que j'avais et j'essayerai de donner le meilleur de moi même chaque fois et d'en profiter".

 

Es tu prêt? "On est jamais assez préparé, il y a toujours des choses a améliorer. Mais je me sens privilégié parce qu'au vu du panorama actuel des novilladas cette saison il n'y aura pas beaucoup d'autres options pour se frayer un chemin" conclut il.

Juan Leal au concours Canal Plus de Las Ventas

(MUNDOTORO)

 

Le comportement du bétail a terni la deuxième novillada du concours de Digital Plus à cause de son manque de race et de classe. Les bonnes intentions des trois novilleros se sont écrasées contre le peu de jeu offert par les novillos de El Serrano dont le comportement ressemblait plus à de la saucisse qu'à du jambon cru de "pata negra". Malgré cela, Juan Leal mit en évidence son courage et sa quiétude tandis que Alvaro Sanlucar laissa des détails de torero avec du goût et le mexicain Brandon Campos, élu par le jury pour toréer la finale dans quinze jours, a plu grâce à sa variété avec le capote et sa disposition face à ses deux novillos.

 

Juan Leal reçu à portagayola (à genou devant la porte du toril) et fit un quite par saltilleras très stoïque au premier; un novillo noble mais sans race ni transmission et dont le manque de caste empêcha que la prestation du français, qui traita avec douceur et délicatesse cet exemplaire, ne fut prise en compte. Le quatrième toro fut lui aussi l'antithèse du matériel dont a besoin le torero français pour que ses qualités touchent le public, ainsi decasté et avec peu de forces il ne pût jamais collaborer avec la prédisposition du novillero, qui revint attendre sa sortie à portagayola et étala toute sa quiétude avant de le tuer d'un grand coup d'épée.

 

Arènes de Las Ventas. Deuxième Novillada du concours Digital Plus. Un quart d'entrée. Novillos de El Serrano aux physiques variés offrant peu de possibilités de briller par leurs manque de race et de classe. Le cinquième toro fut un réserve de Aurelio Hernando, maniable.
Juan Leal: silence et ovation, Alvaro Sanlucar: ovation et silence, Brandon Campos: silence après un avis et ovation.
Au terme du paséo une minute de silence fut respectée en mémoire de la ganadera Dolores Aguirre décédée vendredi dernier.

Juan Leal recoit le tophée OVATION

Le trophée Ovation du journal La Marseillaise a été remis le jeudi 28 mars à 19h00 à la Casita de l'hôtel Atrium à Arles. Trophée qui décerne Juan Leal comme le meilleur novillero selon les lecteurs du journal. Ne pouvant pas être présent, ce fut son oncle Paquito Leal qui récupéra le prix.

Grand triomphe de Juan Leal qui indulte un novillo de Fuente Ymbro

CorridaFrance:

 

Les charmantes arènes de Samadet se sont remplies pour accueillir Juan Leal, en solitaire ce Dimanche qui marquait le début officiel de la temporada en France. Et le moins que l'on puisse dire est que l'accueil qui a été reservé à l'arlésien a été des plus chaleureux. Une grosse ovation l'obligeait à sortir du burladero pour saluer avant la sortie de son premier novillo. 
Un novillo qu'il reçut par de bonnes véroniques enchaînées de chicuelinas. Après deux piques sans histoire, il donnera un bon quite par delantales et tafalleras avant de se faire avertir alors qu'il quittait la tête du toro. Cela ne chamboulera en rien le jeune homme qui entamera sa faena par des statuaires le long des planches au novillo noblon, juste de force, de Fuente Ymbro. Après les premières séries le cornu change, et se met à se défendre. Alors que Juan Leal est a gusto à gauche il reçoit une voltereta sur une passe changée que le novillo n'a pas accepté. Le jeune novillero décide alors de terminer sa faena en réduisant les terrains pour s'imposer. Il tuera d'une bonne entière et une oreille lui sera accordée. 
Son second se démarquera également par un manque de force certain. Après une pique légère, et un bon quite par tafalleras, se sera au tours des banderilleros Rafael Lisita et Paquito Leal de s'illustrer. Tous deux seront les auteurs d'un très bon second tercio ce qui leur donnera le droit de lever la montera. Une nouvelle fois brindée au public, la faena de Juan Leal est allée à mas. Il l'a débuta à genoux contre les planches, et il pût nous démontrer tout son temple au long du trasteo. Alors que le novillo allait a menos en terme de transmission, le torero lui ne cessait de donner des muletazos toujours plus profonds, faisant preuve d'une réelle intelligence pour cuider l'animal.


Cela-dit un peu long, il terminera près des cornes, en enchainant les muletazos sur un terrain infime. Il tuera d'un trois quart de lame, et effectuera une vuelta al ruedo après pétition d'oreille.
Le troisième, un novillo colorado très bonito pour le torero prend le bout du capote mais ne se fixe pas. C'est au second tercio que le public a pu se rendre compte du niveau de mansedumbre du pensionnaire de Ricardo Gallardo. Juan Leal brindera sa faena au maestro Richard Milian. Une faena là aussi intelligente dans la lidia, notamment après une première série faite de muletazos en rond pour pouvoir garder le novillo dans la muleta. Le novillo se rend petit à petit aux derechazos vibrants de Juan Leal, qui n'hésite pas à effectuer le "pas contraire" pour empêcher le novillo de fuir. Après un avertissement à gauche, il voudra réduire les terrains mais le novillo ne l'acceptera pas. Il tue d'une entière engagée après un pinchazo. Oreille.
Il accueillera le quatrième, jabonero par une larga près des planches. Au capote le novillo semble avoir du piquant et Juan Leal lui sert de bonnes véroniques. C'est également au second tercio que le novillo dévoilera sa mansedumbre avérée. Là encore Juan saura s'adapter. Il donnera une très bonne faena à cet exemplaire violent, qui cherchait à se réfugier au toril, dévoilant un danger sourd. Il saura s'imposa à droite par des séries dominatrices alors que les meilleurs moments arriveront à gauche, côté sur lequel le novillo détenait une charge très templée. Le jeune novillero démontrera une certaine aisance à l'aguante en fin de combat avant de tuer d'un estoconazo au second envoi pour couper une troisième oreille. 
Le meilleur moment de l'après-midi arriva au cinquième. Prénommé Jalado, le numéro 224 de la ganadéria de Fuente Ymbro a été gracié par l'arlésien. Il l'accueilli par des véroniques à genoux avant de lui faire prendre une pique légère. Juan Leal se chargera lui même du second tercio en prenant les palos. Deux bons poder a poder et un quiebro. Il brinde son adversaire à Ricardo Gallardo, le ganadero, avant de débuter une faena, ou plutot un faenon, à montrer dans toutes les écoles de tauromachie. Techniquement parfait, Juan Leal donnera les muletazos les plus lents, les plus profonds, les plus variés de l'après-midi face à ce Jalado, qui ne cessait de répéter, avec toujours plus d'allant et d'émotion. "Une machine à embestir" qualifiera Ricardo Gallardo. Jusqu'à ce que les arènes chavirèrent et demandèrent la grâce, peut-être un peu exagérée au vue d'un premier tercio sans grande histoire. Triomphe complet pour le torero, deux oreilles et la queue symboliques, râvi, qui dût vite se remettre de ses émotions pour accueillir le sixième.
Il reçut ce sixième exemplaire à porta gayola, comme pour dire aux aficionados de rester attentifs, qu'ils n'avaient pas encore tout vu. Il enchaîne par des véroniques à genoux, puis pieds joints. Après deux bonnes piques il brinda une nouvelle fois au public avant de donner des doblones autoritaires au novillo qui n'humiliait pas vraiment en début de faena. Lors des premières séries le torero l'obligera, la main basse, avant de toréer en rond et de mettre définitivement la main sur le Fuente Ymbro. Plus rien ne lui résiste, le public est rendu à sa cause. Entière, descabello et oreille seront la conclusion d'un grand après-midi de toro qu'une jeune homme de 21 ans a donné à lui tout seuln faisant preuve déjà de beaucoup de maturité.Photo: B.Karitey

Fiche technique:

Dimanche 17 Mars 2013, 16H00. Arènes de Samadet. Novillada piquée. Plein, 2H35.
6 novillos de Fuente Ymbro, nobles les 1er, 2nd et 5ème; mansos les 3ème et 4ème, soso le 6ème. Le 5ème, Jalado numéro 224 étant grâcié. 8 Rencontres à la cavalerie,, le troisième faisant chûter le groupe équestre pour 
Juan Leal (Violet et or): Oreille, vuelta après pétition, oreille, oreille, deux oreilles et la queue symboliques et oreille.
Sobresalientes: Miguel Cuartero et Mojales Balti

Corridefrance:

Des travaux à Samadet

Le maire de Samadet montre á Juan Leal les travaux réalisés dans son arène où le 17 mars prochain, le novillero d'Arles afrontera seul six novillos de Fuente Ymbro.

Juan Leal à Valencia (Fallas)

Mundotoro:

Juan Leal a du affronté en seconde position un novillo moins étincelant que le précédent. Il ne le fit pas beaucoup piquer par le picador cependant le novillo arriva au dernier tiers de la lidia avec très peu de charge. Le français démontra énormément d'envie et de disposition bien que la faena ne pût décoller. Il entra avec beaucoup de dextérité lors de la mise à mort et fut projeté dans les airs heureusement sans conséquences. Il y eut une légère pétition d'oreille mais il ne sortit pas pour saluer.

Il n'eut pas plus de chance avec son second toro, un novillo dont les charges furent longues a déclencher et se déplaçant très peu. Leal a bien essayé de que sa faena grandisse mais son adversaire ne lui laissa aucune facilité.

Plaza de toros de Valencia. Première de la Feria de Fallas. Novillos de Fuente Ymbro, bien présentés et de jeu varié. Le meilleur fut le troisième. Antonio Puerta, ovation après deux avis, ovation après avis et tour de piste au novillo qu'il tua en remplacement de Posada de Maravillas; Juan Leal, silence après légère pétition et silence; Román, oreille avec pétition de la seconde et deux tours de piste à l'unique qu'il tua et Posada de Maravillas, ovation à l'unique qu'il tua.



Juan Leal termine sa saison à Rion des Landes

APLAUSOS:

Le novillo de Juan Leal fut le plus spectaculaire de la matinée mais il manquait de classe. Après avoir essayé de le faire venir de loin, Leal se positionna dans des terrains beaucoup plus proches ce qui déclencha les clameurs de la foule en dépit d'une matinée bien fraîche (avec des températures proches de zéro degrés). Sans un échec à l'épée comme cela fut le cas, il aurait coupé 2 oreilles au lieu d'une seule. Photo: R.Costedoat

Rion des Landes (France), 2 décembre 2012. Novillos de Luc Jalabert et un (4º) de Santa Ana. Le valet d'épée de Juan Bautista, JOSELITO: Oreille ; JUAN BAUTISTA: Deux oreilles et Deux oreilles pour celui qu'il tua pour Robleño; FERNANDO ROBLEÑO: Blessé à l'épaule droite; FERNANDO CRUZ: Deux oreilles; le novillero JUAN LEAL: Oreille; et le novillero sans picador JUAN BAUTISTA MOLAS: Oreille Entrée: Trois quart d'arènes.



Juan Leal meilleur novillero selon l'association des critiques taurin de France

APLAUSOL:

La section SUD EST de l’association des critiques taurin de France á décernée ses prix aux triomphateurs de la temporada 2102. Les lauréats sont :

Meilleur Matador: José Tomás.
Meilleur corrida: José Escolar Gil, á Ceret.
Meilleur novillero: Juan Leal.
Meilleur novillada: desert.
Prix Nimeño II : Fernando Robleño.
Meilleur lidiador de la temporada 2012: Javier Castaño

 




Toute la presse 2012

Juan Leal tombe à pic à Acho

Burladero:

Le second novillo de l'après midi fut un animal compliqué avec un certain danger et qui a rencontré face à lui la fermeté ainsi que la manière de s'exposer du français.

Juan reçu jusqu'à deux coups à force de s'exposer afin de pouvoir lier les passes et réussir une faena dans le style Ojediste.

Un épée entière au second essai lui permit de saluer sous l'ovation du public.

Juan Leal sans option pour briller face à un autre toro couard d'Apostol, le cinquième de l'après midi , qui venait fort dans la muleta tout en cherchant le refuge aux planches, le fit passer par aller retour, quelques passes circulaires inversées méritoires dans sa muleta qui enflammèrent le public, pinchazo et estocade bien placée. Détail à son compagnon du jour, il a dédié sa faena à Michelito, et détail de sa générosité et de son attitude en piste, il a reçu son adversaire à genoux à la sortie du toril.

Plaza de toros de Acho, Lima. Première de la Feria del Señor de los Milagros.

Novillos de Santiago Apostol. Michelito: applaudissements et trois avis.

Juan Leal: ovation avec salut aux deux.

Morenito de Canta: applaudissements et trois avis.

 

 



 

Reseña Mundotoro: AQUI "Notable presentación de Juan Leal en Acho"

 

Reseña Aplausos: AQUI "Juan Leal causa sensación en acho"

 

Reseña Aficionperu: AQUI "Juan Leal firma lo más destacado de la primera en Acho"

 









Juan Leal tiente dans les fameuses arènes d'Acho

 

 

 

 

 Écoutez l'interview de Juan Leal pour AficionPeru ICI

 

 

Regardez le reportage photo de Juan Leal qui tiente dans les arènes d'Acho ICI

 

Photo: Agustin

Juan Leal débute à Valence

(Journal: LAS PROVINCIAS. J.L.BENLLOCH)
Juan Leal, français et qui faisait sa présentation à Valence, a laissé une excellente impression, très templé et avec une étonnante sécurité. Cette sécurité et son aisance se sont finalement retournées contre lui car elles n'ont pas réussit à faire chavirer les gradins.

Au terme de son premier combat, après lui avoir refusé une oreille pourtant méritée, même pas le tour de piste lui a été refusé... Photo: Ana Berho

Regardez la galerie photo  ICI

 

Regardez la video résumé  ICI

 

 

Article: BURLADERO

 

Article: MUNDOTORO

 

Article: APLAUSOS

L'UCTPR déclare Juan Leal meilleur novillero dans le sud est et sud ouest

Le célèbre club taurin Paul Ricard á remis ces prix :

Laureats SUD OUEST:

Meilleur corrida: Fuente Ymbro

Mejor novillada:Valdellán

Meilleur torero: Iván Fandiño

Mejor novillero: Juan Leal

Mejor novillero sin picadores: Louis Husson

Laureats SUD EST:

Meilleur lot de toros: MIURA/Nîmes.

Meilleur lot de novillos: LAS DOS HERMANAS/Arles.

Meilleur matador de toro: JAVIER CASTAÑO.

Meilleur rejoneador: PABLO HERMOSO DE MENDOZA.

Meilleur novillero: JUAN LEAL.



Immense Juan Leal à Nîmes

 

MUNDOTORO:

Juan Leal a encore une fois laissé son empreinte en France grâce au courage naturel qu'il a démontré tout au long de l'après midi. L'Arlésien se rendit maître de la course par sa façon de "s'arrimer", ainsi que son retour au combat après avoir reçu deux très fortes "volteretas".

Une peine que l'échec au descabello lui ôta une oreille non seulement méritée mais surtout qui aurait reflétée la grande dimension de ce torero.

La novillada de Fuente Ymbro est sortie exigeante et le bon déroulement de la course a été conditionné par le fort vent qui a soufflé toute l'après midi.

Fernando Adrian et Román, qui fut blessé, n'ont quant a eux pas pu briller.

Le second toro qui est sorti avec beaucoup de race et de complications, sans aucune passe sur la corne gauche et dont le combat sur la corne droite s'est compliqué en vertus des mauvaises conditions climatiques (les rafales de mistral étant terribles) n'a pas réussit à décourager la faim de triomphes de Juan Leal. L'arlésien choisit l'option de "s'arrimer", soulevant l'enthousiasme du public en s'exposant entre les cornes dangereuses du novillo. Malgré une grande épée, le novillo ne tomba pas, ce qui obligea Juan à se servir du descabello qui lui fit perdre tous trophées...Photo: A.Blanco

 

Reseña: APLAUSOS

 

Reseña: LA RAZON

 

Juan Leal a conquis Dax



Aplausos.es:

Juan Leal a été le grand triomphateur de la novillada matinale célébrée dans las arènes de Dax. L'Arlésien a coupé l'oreille de chacun de ses novillos et a laissé une très bonne impression.

Avec son premier, un « remplaçant » de Jose Cruz qui chargeait avec classe, il a pu faire étalage de sa tauromachie en réalisant de bonnes séries des deux cotés. Il a réalisé à son novillo des séries de passes douces, longues et profondes. Très vite, le public Dacquois a chaviré d'enthousiasme en suivant son travail avec beaucoup d'intérêt. Un "pinchazo" ainsi qu'un coup de descabello l'ont récompensé seulement d'une oreille.

Son second novillo plus compliqué a permis à Juan de démontrer qu'il est aussi capable de trouver les solutions face aux problèmes posés par ce novillo peu propice au combat. Á la fin, Juan Leal a choisit de réduire les distances ce qui lui permit de couper une autre oreille.

Dax, 12/08/12. Novillos de José Cruz, CAYETANO ORTIZ: Silence et silence; JUAN LEAL: oreille et oreille; GONZALO CABALLERO: Silence et ovation. Photo:opinionytoros





Reseña: APLAUSOS

 

Reseña: OPINION Y TOROS

 

Reseña: MUNDOTORO 

Juan Leal tue seul 5 novillos á Rieumes

Juan Leal peut avec tout, il coupe un total de cinq oreilles. (mundotoro)


Conchis Rios est partie à l'infirmerie se plaignant de tachycardie. Après quelques moments de préoccupation, ce fut à la mort du second novillo que le mégaphone annonça le forfait de Conchis Rios.

Ce fut alors le début du grand pari pour Juan Leal, qui dû à lui tout seul affronter les cinq novillos restant. Le novillero, en constante progression, démontra face à une sérieuse novillada de Espartaco, toute l'étendue de son talent.

Face aux responsabilités de l'après-midi, le novillero Arlésien a pu offrir une tauromachie variée en conduisant la charge des novillos avec douceur; avant de raccourcir les distances et se poser entre les cornes là où il s'y sent comme un poisson dans l'eau.

Une meilleure réussite avec l'épée aurait rendu le résultat artistique encore meilleur.

Durant son combat avec le cinquième toro, Juan se coupa au front avec l'épée. Après un bref passage à l'infirmerie, il revint pour affronter le sixième et dernier novillo de l'après-midi qu'il accueillît à « portagayola » c'est à dire à genou devant la porte du toril.

Encore un gros triomphe de juan Leal cet après-midi á Rieumes.

Photo: A.Viard





Reseña: APLAUSOS 


Galería de la novillada (André Viard)

Juan Leal gagne la cape d'or à Nimes

Juan Leal, vainqueur de la cape d'or (torosdos)

 

La traditionnelle novillada de la cape d'or, à l'initiative de la peña taurine Antonio Ordoñez, avec des novillos de Santa Ana, élevage français de Jean Marie Raymond installé en Andalousie et où vit Juan Leal.

Juan Leal vêtu de violet et or. Demie épée et novillo totalement mort : oreille, incroyable seulement une. Pinchazo et entière : oreille.

Il est d'Arles, issue de la dynastie des Leal, il vit et apprend sa profession en Andalousie. Depuis sa première apparition à Beziers lors d'une novillada sans picador, on devinait déjà que ce jeune pouvait être torero, il est né torero. Juan c'est la tranquillité mais surtout, la simplicité, la grâce, l'élégance presque la « maestria ». La cape de Juan est luxueuse, sa muleta est sincère, tellement profonde que tous les regards des belles Andalouses pourraient s'y perdre...Photo:R.Costedoat


Reseña: MUNDOTORO 

 

Reseña: BURLADERO

Juan Leal révolutionne Samadet

Juan Leal a coupé quatre oreilles à Samadet lors de sa première apparition de la saison.

Thomas Cerqueira et Angel Puerta ont quant à eux coupé une oreille chacun à un lot de novillos de Pedres, maniable dans l'ensemble avec des exemplaires d'une grande qualité mais manquant un peu de forces.

Première apparition en costume de lumières pour Juan Leal cette saison qui a démontré qu'il aura son mot à dire cette saison.
Bien qu'il est été très important devant le troisième toro, auquel il coupa les 2 oreilles; il fut encore meilleur face au sixième toro de la journée. Devant le dernier exemplaire de l'après midi, un toro charpenté et noble marqué du fer du maestro Pedres, il coupa à nouveau 2 oreilles. Il réalisa une grande faena qui marquera sans aucun doute les grandes lignes directrices de ce que pourra devenir dans un futur proche le torero d'Arles.
Foto:R.Costedoat

 

 

Reseña: LADEPECHE                    

 

Reseña: APLAUSOS

 

Reseña: SUD OUEST

 

Reseñe: OPINION Y TOROS