Toute la presse 2015

Juan Leal pour Applausos

Interview de Juan Leal pour Applausos le 12/10/15

Juan Leal laisse une forte impression à Bayone

Cronique de BARQUERITO:

Cette faena a marqué une voie à suivre. Juan Leal a baissé les mains devant le joli troisième lors de lancements cadencés, un puyazo sévère mais splendide de Germán González et un toro qui sort seul du second. Leal brinda à l’éleveur. Pedrés, accompagné de ses enfants, était dans un balconcillo à l’ombre. Pedrés fut ovationné, lui qui s’est consacré dans le Sud-ouest de la France comme l’un des meilleurs éleveurs. Juan Leal ouvrit la faena avec une pedresina authentique – double hommage à Pedrés – et, par la suite, au centre de la piste par une exhibtion de bon toreo. Plus de qualité que de force pour le toro. Qualité chez le jeune torero d’Arles, qui à ce tour et au suivant allait démontrer qu’il n’avait pas seulement de la classe, mais aussi du courage et de l’intelligence, une grâce non imposée, toreo exquis, de douceur, de détermination pour se mettre dans les terrains du toro, un petit abus pour le toreo sur le fil et non lié, et pour finir, la brillante idée de ressortir de la vieille malle le toreo au naturel de face – trois passes superbement cadencées-  et celle de poitrine les pieds joints. Une estocade. Une oreille.

 

Lors de son tour de quite au toro antérieur, Juan Leal s’est distingué par un quite mixte: chicuelinas, villaltinas et revolera. Face au sixième, peu commun, bizco, ressemblant à un bison, qui a presque dévoré le cheval de pique de de Vicente Gonzalez. Trois piques en règle surtout la troisième. Larios fut pris aux banderilles. Querencia incertaine du toro: on voyait qu’il allait finir aux planches et il en fut ainsi. Travail plaisant de Juan Leal: effort devant les cornes, ferme lorsque les déplacements de l’animal étaient décomposés et les coups de têtes pleuvaient. Le toro en berne et le torero tout en haut. Un pinchazo profond. Sans être sorti en triomphe avec Juan del Alamo par la grande porte, ni cele de l’écurie, du patio de cuadrillas, de l’infirmerie ou de visites. Ici il n’y a pas eu comme telle grande porte.

Juan Leal à Navaluenga

Juan Leal est annoncé le 10 septembre prochain dans les arènes de Navaluenga aux côters de Ucedad Leal et Luis Gonzalez face à des toros de 6 ganaderias différentes. Pour sont début en tant que matador de toros en Espagne, Juan Leal toréera un toro de Gallon. C'est une belle histoire car il s'agit d'un élevage avec lequel Juan a connu de grands triomphes en France.

Juan Leal 4 et deux rabos à Lumbrales

Paco cañamero, Glorieta digital:

Ce texte n’est pas la chronique d’une course, il est juste le résultat d’une commotion taurine vécue hier lors du festival célébré à Lumbrales, dans l’ouest de la province charra. Lumbrales célèbre ses fêtes aoûtiennes sous le drapeau de son énorme afición taurine en programmant des festivals taurins qui sont accueilli par ses arènes portatives. Ce sont des festivals qui ont accueilli à travers  l’histoire d’importants toreros, et plus particulièrement Julio Robles, qui en tant que descendant du village voisin d' Ahigal de los Aceiteros comptait sur une légion d’aficionados dans toute la région del Abadengo (d’où Lumbrales est la capitale), le maestro réservait une date afin de s’habiller de corto pour toréer devant ses amis. Il en fut de même antérieurement avec Antonio de Jesús durant son époque de novillero lorsqu’il rendait les gens amoureux de sa tauromachie.
Avec son héritage arriva hier, lundi, un matador français complètement inconnu par la majorité des présents s'appelant Juan Leal qui est apoderé par Maurice Berho, le grand photographe et taurin français. Un matador de toros nouveau, blond et souriant à peine connu car le cruel système qui dirige la Fiesta ne fait pas de place aux nouveaux et qui se fit l’âme de la tarde depuis le paseíllo puisqu’après tout le monde ne fit que de parler de lui. De la grande convulsion qu’il forma, une fois terminé ce fut une primeur de voir les aficionados mimer les deux faenas dans les rues du village. Se remémorant des moments si grands que les présents garderont en mémoire longtemps.
Car il y a eu un torero qui a offert une dimension énorme, ave des recours et des capacités pour surprendre et ainsi émouvoir, doté d’une extraordinaire variété aussi bien à la cape qu’à la muleta -ses naturelles furent un déice- mettant à plusieurs reprises les gens debout aux cris de ¡torero-torero! repris en choeur par toute la plaza pour la gloire de l’art du toreo. Ensuite, pour culminer, il les tua les deux en marquant les temps offrant un recital de comment doit être exécutée la suerte suprême. Le tout avec beaucoup de toreria et un grand naturel qui en firent une grande surprise pour tous.
 C’est vrai qu’il s’agissait d'un festival mais entre ses mains ce furent deux novillos extraordinaires de Miranda de Pericalvo -le premier justement primé d’une vuelta-, mais ces festivals servant à calibrer les toreros. A tout cela il faut ajouter le sérieux et la rigueur du président Juan Iglesias, qui durant plusieurs années officiait à Zamora.
Le moins importants fut qu’il coupa deux queues, car comme le disait Curro Romero ce sont juste des restes. Car l’essentiel est que ce fut une tarde importante avec la joie de voir qu’à l’issue du festival les habitants de Lumbrales toréaient de salon et même les meilleurs aficionados et professionnels ont participé à cette découverte venue de la part d’un français s'appelant Juan Leal à qui désormais nous ne perdrons pas de vue car lors d’une après-midi d’août à Lumbrales nous a rendu amoureux de son toreo et du naturel qui l’accompagne.

 

Crónica de Luis Falcón: Apoteosis de Juan Leal en Lumbrales.

Juan Leal sans options à Dax

R.Costedoat

Mundotoro:

Le troisième fut un toro très arrêté qui ne transmettait pas. toute l’émotion fut mise par Juan Leal qui fut au-dessus des conditions du Jandilla lors d’une faena basée sur les terrains de l’animal. Le sixième fut un autre animal terne qui a rapidement baissé de ton après une grande série à droite. Le manque de transmission de l’animal conditionna la faena du lucide Juan Leal qui fut toujours au dessus des conditions.

Galería de R.Costedoat del festejo AQUI

 

Grande après-midi de Juan Leal à Eauze

Foto: Sylvie Laborde

Mundotoro:

Pour Juan Leal cela fut, probablement, sa meilleure après-midi depuis son alternative. Sans le meilleur lot, même ainsi, à base de courage et de temple, il a su conduire les charges du troisième pour au final de la faena mettre le public debout lors de sa particulière interprétation de l' ‘ojedismo’. Grande estocade et encore une fois le Président lui vola une oreille -la seconde-. Leal est allé attendre le dernier à la porte du  toril, faisant ensuite un quite par lopecinas mettant encore plus le public avec lui. Il commença à genoux au centre avec la muleta, dans une série particulièrement profonde et douce. L'animal accusa le coup et se mît à se défendre rapidement, bien que  le français ranima l'enthousiasme placé entre les cornes. Cette fois il pincha et salua sous une forte ovation.

Les triomphateurs de La Fragua programmés dans les novilladas Françaises

Les 4 finalistes du Certamen La Fragua de Pontonx 2015, seront présents dans plusieurs novilladas sans chevaux de la région. En effet le 04/07/15 à Castelnau-Rivière-Basse Alejandero Gardel, El Juanito et Ivan Gonzalez ont fait le paseo. Tous finalistes de La Fragua.

Le 05/07/15 à Eauze, Adrien Salenc et Ivan Gonzalez ont aussi fait le paseo dans les arènes Nimeño II.

A noter que vous retrouverez les finalistes de la Fragua dans les différentes arènes du sud ouest comme Dax, Bayonne, Rions des Landes, Plaisance... 

Un grand merci à tous les organisateurs qui, depuis deux ans, font confiance au Certamen La Fragua en programant les triomphateurs dans leurs novilladas.  

 

 

Juan Leal triomphe aux Azores

Mundotoro:

Celui de Juan Leal ne sortit jamais de la muleta. Il le brinda au Président de la Chambre de Commerce, promoteur des toros aux Açores. Une fois de plus il fut extraordinaire signant une faena vibrante toujours soutenue par le conclave. Tour de piste. Juan Leal l'a forma encore aux Açores. Labeur d'engagement total dès le départ à portagayola jusqu'au final de la faena de muleta. Il mît aussi le capote dans le dos et fit chauffer les gradins avec des lopecinas. Muleta en mains, il dessina une faena avec beaucoup de profondeur et de pouvoir face au meilleur toro de Jandilla, qui fut très brave. Il envahit les terrains de proximités et entra dans le cœur du public. Il fit deux tours de piste et sortit en triomphe.

Juan Leal triomphe à La Bréde

Mundotoro:

Celui qui fermait l'après-midi manquait de punch dès le début, mais Juan Leal eut la vertu de la patience et petit à petit l'animal entra dans la muleta avec une certaine qualité. Le français envahit alors les terrains réduits et les tendidos explosèrent. Il signa une faena importante et coupa deux oreilles. Au toro que sortit en troisième positions il manquait du punch. Face à cet animal l'on vit une grande dimension du jeune torero d'Arles. Faena de beaucoup de goût, excitant la concurrence. Échecs aux aciers et salut aux tiers.

Galerie photographique ICI

Universal Music et Juan Leal

Universal Music, prestigieuse maison de production de l’industrie du disque vient de produire le  clip vidéo d’une jeune chanteuse : Florine Perez. Juan Leal est l’un des acteurs invité du clip. Alexandre Satiel le réalisateur qui tourné les extérieurs de son travail dans la cite d’Arles et en particulier dans les arènes millénaires, revendique ainsi son aficion et sa liberté d’expression. Apres Madona, vêtue de lumière, ce nouveau clip est de bons augures pour l’image et le futur de la corrida.

Juan Leal crée de l'afición

10/03/15

Aujourd'hui, en compagnie de 67 enfants de Mugron, nous sommes allés chez Juan Pedro Domecq. Accompagnés de Eric Darrière et de leurs professeurs, les enfants ont écouté attentivement les explications sur les différentes tâches du campo avant de se familiariser avec la cape et la muleta en toréant de salon avec moi. Enhorabuena à Eric pour son initiative.

Galerie photographique M.Berho ICI

Juan Leal à la présentation du cartel de La Brède

Le vendredi 13 Mars 2015, Juan Leal est invité par la Peña des Graves de La Brède où l’année dernière, il triomphait en coupant les deux oreilles à un taureau de Fuente Ymbro. Sa sera en compagnie de Zocato qui annoncera le cartel de la traditionnelle corrida des fêtes de la Rosière.

Conférence de Juan Leal à Villaseca de la Sagra

Corridafrance:

Ce mercredi 4 mars en soirée, Juan Leal avec ses compagnons Pepe Moral, Juan del Alamo, Saul Jimenez Fortes y Rafael Cerro ont été reçu par Jesus Hijosa (maire) à Villaseca de la Sagra (Toledo) afin de participer aux XV journées taurines de la cité.

Placée sous l’intitulé « les espoirs du présent », cette soirée a permis aux différents protagonistes d’exposer leurs illusions, leurs attentes, mais aussi leurs préoccupations vis à vis de leur profession. 

A l’issue du coloque, ils reçurent chacun un trophée remis en mains propres par Jesus Hijosa.

Je suis Charlie...

Tous ceux qui avons la réelle conviction que le respect d’autrui doit être une norme incontournable de l’humanité, aujourd’hui plus que jamais et pour toujours, nous nous devons d’être unis.

Les trois mots, JE SUIS CHARLIE, sont devenus un symbole qui dépasse la philosophie d’un journal. Aujourd’hui, c’est le symbole de la lutte contre l’extrémisme, l’intolérance et la liberté d’expression. Sans aucun doute JE SUIS CHARLIE...

                                                                                                                                                           Juan Leal.